Chiffrement : la clé d’un cloud computing sécurisé ?

Risk management et cybersécurité Stratégie & projets IT

Publié le

Le Cloud computing pose de nombreuses interrogations sur sa sécurité. Puis-je avoir confiance dans mon fournisseur ? Quels sont les capacités des administrateurs à accéder à mes données ? Est-ce que l’isolation est bien réalisée entre les clients ? Est-ce que les forces de l’ordre d’autre pays peuvent demander un accès à mes données sans que j’en sois informée ? Derrière toutes ces questions se cachent de multiples réponses, variant fortement suivant les services utilisés, les fournisseurs et leur niveau de sécurité, ou encore la localisation des serveurs et le statut juridique des offreurs de service. Il n’existe pas de réponse unique aujourd’hui et même si des certifications, telles que l’ISO 27001 ou encore SSA16/ISAE3402, apportent des niveaux de garanties complémentaires, il est difficile d’avoir une certitude forte sur le niveau de sécurité.

Le chiffrement « classique » : une réponse partielle aux inquiétudes

Dans ce cadre, l’envie de conserver une mainmise sur les données de l’entreprise émerge rapidement, et les technologies de chiffrement font leur retour sur le devant de la scène. L’idée serait de traiter au niveau du cloud des données chiffrées afin de limiter les risques d’écoute. Ceci est possible par exemple pour un service de stockage en ligne. Les données sont chiffrées dans l’entreprise puis envoyées sur le serveur, lors de l’accès elles sont déchiffrées localement par l’utilisateur. Cependant se pose rapidement la question de la capacité à traiter les données, en effet les attentes métiers vis-à-vis du cloud vont bien au-delà d’un simple espace de stockage !

Il est alors possible d’envisager un chiffrement uniquement au moment du stockage chez le fournisseur. Lors d’un traitement interne au service cloud (recherche de données, édition de bulletin de paye, calcul scientifique…) le fournisseur pourrait déchiffrer les données, réaliser le traitement puis chiffrer à nouveau. Cette méthode fonctionne techniquement mais elle ne répond pas aux multiples interrogations. En effet, pour que ce mécanisme fonctionne, le fournisseur doit disposer des clés de chiffrement. Mais qui nous assure alors qu’elles ne sont pas utilisées à mauvais escient ? Et ceci aussi bien par des employés du fournisseur, que des tiers (autorités ou pirates par exemple) qui auraient accès aux systèmes de gestion de clés.

Une solution à suivre : le chiffrement homomorphique

Depuis des années, une solution à ce problème mûrit dans la tête des chercheurs : le chiffrement homomorphique. Derrière ce terme complexe se cache une idée simple : pouvoir réaliser des traitements directement sur des données chiffrées, sans avoir besoin de les déchiffrer ! Depuis 2009, de nombreuses avancées ont été réalisées dans ce domaine en particulier au MIT. Récemment, une équipe d’IBM a même mis à disposition une implémentation concrète (code source à l’appui) de cette méthode. Aujourd’hui, il existe encore un grand nombre de limitations, en particulier par rapport à la vitesse de traitement ou les opérations réalisables. Il faudra également que cette méthode et son implémentation soient analysées par des experts en chiffrement pour en garantir la robustesse.  D’autre part, il faudra toujours que l’entreprise fasse l’effort de gérer correctement ses clés de chiffrement. Le quotidien nous montre qu’aujourd’hui c’est encore rarement le cas !

Une avancée à suivre de près !

Le chiffrement homomorphique représente une avancée importante dans l’industrialisation de l’informatique. Les annonces récentes ont été largement saluées dans les différentes communautés sécurité. Sa mise en œuvre pourrait lever les nombreux freins qui existent encore aujourd’hui par rapport à la localisation des données ou encore aux fournisseurs. Même s’il faudra encore attendre quelques années avant une possible démocratisation, il s’agit clairement d’un sujet à garder dans le radar de la veille !